Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Verts Délires

Blog jardin

Publié le par Gisou
Publié dans : #Semis

Tous réussis ! six godets semés en février, six godets levés, six godets mis en pleine terre en mai. Mes tout premiers semis ! Bon, ils ne sont pas encore tous en fleurs mais les plus pressés ont ouvert leur corolle ces jours derniers. J'vous dis pas comme je suis fière ! Fière de les avoir réussis, oui, le reste c'est une autre histoire !

J'vous explique : il s'agissait d'un paquet de graines 'Falling in Love'. Poétique, non ? Dans les tons rose et blanc, unis, panachés... Un peu pétants mais pleins de fraicheur !

Seulement voilà, la réalité est tout autre et le premier à avoir défroissé ses pétales était... orange ! Beurk, c'est quoi ce truc, à coté de mes rosiers roses ? Ouch ! Déception ! Déconvenue ! Quelle malchance, mes amis ! Même pas pris de photo ! Ignoré royalement, le petit machin couleur combinaison de prisonnier américain ! Pas tombée en amour du tout, la Gisou ! Serais-ce de la triche ou ai-je mal regardé en commandant mes graines (à l'insu de mon plein gré, façon le cycliste là, vous savez...Comment il s'appelle, déjà ?) ? Sans doute un peu les deux, on ne saura jamais...

Le lendemain, un deuxième s'ouvre et me console : il est tout blanc, blanc comme neige, diaphane, délicat à souhait, une merveille !

Papaver rhoeas : six sur six !
Papaver rhoeas : six sur six !
Papaver rhoeas : six sur six !

Le troisième est... rouge flamboyant, un digne coquelicot des champs, juste un peu plus double... Entre nous, si vous voulez mon avis, je préfère encore un rouge franc à un orange trop pétant ! Mais bon, pas vraiment dans mes couleurs en cette saison. Ah oui, pour les étourdis qui ne retiennent jamais rien, je répèèète une enième fois que le jaune et le rouge j'aime, mais seulement pour les tulipes, qu'on se le dise ! Eh oui, faut suivre quoi ! Comment voulez-vous qu'on avance si je dois revenir en arrière sans arrêt ?

(Encore que depuis cette année, à force d'en planter de trop, elles commencent à me sortir par les narines, mes tulipes jaunes, rouges et oranges!).

Papaver rhoeas : six sur six !
Tango Charlie à tour de contrôle, demande autorisation d'atterrir...

Tango Charlie à tour de contrôle, demande autorisation d'atterrir...

Papaver rhoeas : six sur six !
Papaver rhoeas : six sur six !

Bon, où en étais-je ? Ah oui, les pavots !

Vous avez remarqué que le rouge semble attirer davantage les insectes volants que le blanc (qui n'a attiré qu'une bébête à papattes) ? Une véritable piste d'atterrissage pour syrphes et Cie. A se demander si ces pavots n'auraient pas un effet... euphorisant sur ces insectes ? Car ça se bouscule sur la plate-forme ! Ou peut-être cette couleur est-elle plus visible pour les visiteurs ? Ma foi, s'il faut du rouge au jardin pour attirer les insectes utiles, pourquoi pas ?

Le troisième individu de la série "je t'aime, moi non plus" (ça conviendrait mieux que "Falling in Love", non ? Moins poétique certes, mais au moins ça ne sent pas l'arnaque...). Eh bien, ce troisième individu me convient parfaitement, à tous points de vue... Blanc veiné de rose, avec un joli liseré de couleur assortie, le pavot parfait ! Mais apparemment moins attractif pour les volants. Régulièrement visité mais ce n'est pas la foule comme sur le rouge. Moi par contre, j'en suis baba...

Papaver rhoeas : six sur six !
Papaver rhoeas : six sur six !
Papaver rhoeas : six sur six !
Papaver rhoeas : six sur six !

Et puis il y a ceux, ni tout à fait oranges, ni tout à fait rouges, joyeusement panachés, veinés, chamarés, délavés, à colerette ou à liseré et qui, eux aussi, ont les faveurs du public et contre ça, je suis désarmée : si ça plait tant aux habitants ailés du jardin, je me tais et je regarde, j'observe, je prends des photos et je pourrais bien y rester des heures durant... Et surtout je n'y touche pas ! Et tant pis si ça fait désordre !

Papaver rhoeas : six sur six !
Papaver rhoeas : six sur six !
Papaver rhoeas : six sur six !
Papaver rhoeas : six sur six !

Car malgré tout, ces pavots sont une belle surprise, même si je ne suis pas "totally in love"... Et vous savez quoi ? Voilà que je songe à introduire du rouge à présent, pas massivement bien sûr, mais par petites touches, pour voir si ça plait à mes petits visiteurs... Je n'aimais pas non plus les buddlejas, et j'en ai planté un rien que pour attirer les papillons (un petit, de buddleja, qui ne devient pas trop grand, et stérile en plus : pour moi ça a son importance, quand on voit qu'ils colonisent la moindre friche).

Et puis, faut reconnaitre que ces pavots, ils sont tellement photogéniques, vous ne trouvez pas ?

Voir les commentaires

Publié le par Gisou
Publié dans : #visites de jardins

Il y a vingt cinq ans, j'avais acheté mes premières roses anciennes chez André Eve. Elles s'appelaient Buff Beauty, Autumn Delight, Fantin Latour, Mrs John Laing, Georg Arends, Prosperity, Thérèse Bugnet... Et je rêvais déjà de le rencontrer, André...

Il aura fallu vingt cinq ans pour que le rêve se réalise. Grâce à Armelle, ma grande amie et comparse de délires plantesques qui, à force d'insistance et de persuasion, réussit (presque) toujours à me faire sortir de ma coquille. Le périple fut décidé la veille et organisé au pied levé. Départ au petit matin, le 31 mai, arrivée vers 12h30. Le temps d'un petit pique-nique en plein centre de Pithiviers, sur une petite place agrémentée d'une fontaine, l'heure du rendez-vous fut bien vite arrivée. Peu après 14 heures, nous sonnons à la porte d'une maison aux volets verts, dans l'artère principale de Pithiviers. Une charmante dame d'un certain âge ouvre la fenêtre du rez-de-chaussée, c'est Madame Eve. Elle vient nous ouvrir et appelle son rosiériste de mari, que nous avions eu le plaisir de rencontrer à la fête des plantes de Schoppenwihr ce printemps et qui avait insisté pour qu'on vienne le voir. Comble de bonheur, nous étions les seules visiteuses cet après-midi là... Depuis le corridor, on distinguait le jardin par les fenêtres de la véranda...

Je vous ai concocté un petit diaporama, je vous laisse regarder, c'est une merveille...

Un week-end de rêve chez André Eve...Un week-end de rêve chez André Eve...Un week-end de rêve chez André Eve...Un week-end de rêve chez André Eve...Un week-end de rêve chez André Eve...Un week-end de rêve chez André Eve...Un week-end de rêve chez André Eve...Un week-end de rêve chez André Eve...Un week-end de rêve chez André Eve...Un week-end de rêve chez André Eve...Un week-end de rêve chez André Eve...Un week-end de rêve chez André Eve...Un week-end de rêve chez André Eve...Un week-end de rêve chez André Eve...Un week-end de rêve chez André Eve...Un week-end de rêve chez André Eve...Un week-end de rêve chez André Eve...Un week-end de rêve chez André Eve...Un week-end de rêve chez André Eve...Un week-end de rêve chez André Eve...Un week-end de rêve chez André Eve...Un week-end de rêve chez André Eve...Un week-end de rêve chez André Eve...Un week-end de rêve chez André Eve...Un week-end de rêve chez André Eve...Un week-end de rêve chez André Eve...Un week-end de rêve chez André Eve...Un week-end de rêve chez André Eve...Un week-end de rêve chez André Eve...Un week-end de rêve chez André Eve...Un week-end de rêve chez André Eve...Un week-end de rêve chez André Eve...Un week-end de rêve chez André Eve...Un week-end de rêve chez André Eve...Un week-end de rêve chez André Eve...

En prime, en fin d'après-midi, André nous a emmenées visiter le jardin du Théatre des Minuits, son autre jardin, créé en 2002. Et le lendemain, visite de la roseraie. Nous étions aux anges...

J'essaierai de vous parler de tout cela plus tard, c'est un sacré boulot à mettre en ligne, un week-end pareil !

Voilà, le rêve est enfin devenu réalité. Merci infiniment, André, gros bisous !

Un week-end de rêve chez André Eve...

Voir les commentaires