Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Verts Délires

Blog jardin

Publié le par Gisou
Publié dans : #Roses

Un petit orphelin trouvé en jardinerie me regardait de ses yeux remplis d'espoir...

De beaux yeux verts mêlés de rose et d'abricot... Mais de nom, point.

Comment voulez-vous résister, bordel ! (oups, parfois j'oublie de surveiller mon langage...)

Il criait de toutes ses tiges, de toutes ses fleuilles, de tous ses pétales, frémissant, les bras tendus... Heu... Ou peut-être est-ce moi qui lui ai tendu les bras ? Bref, toujours est-il qu'il a atterri, pas tout à fait par hasard, dans mon chariot... Plate-forme de commerce à terme en ligne

Et maintenant il est le premier à fleurir au jardin. En signe de reconnaissance pour l'avoir sauvé de pseudo-jardiniers ignares chez qui il aurait clamsé en moins de deux une fois la saison (peut-être même pas) passée ?

Faut croire que les plantes ont une âme...

Re-bref, assez jacté, voilà la merveille :

Avec un jeune feuillage rouge qui met en valeur son teint délicat...

Avec un jeune feuillage rouge qui met en valeur son teint délicat...

Premières roses
Des couleurs tendres qui évoluent délicieusement...

Des couleurs tendres qui évoluent délicieusement...

Premières roses
Premières roses
Premières rosesPremières roses
Premières roses

Il ne me reste plus qu'à lui trouver un nom digne de sa beauté.

"Belle de l'Arnaquerie" ? Ou bien "Crédule sans Flaterie" ?

J'attends vos propositions ! Plate-forme de commerce à terme en ligne en Côte d'Ivoire

Voir les commentaires

Publié le par Gisou
Publié dans : #Bulbes

TOUT LE MONDE parle de bulbes ces derniers temps !

Et que je vous présente mes perce-neige par ci, et mes crocus par là...

Alors, moi aussi j'ai décidé de vous les montrer, mes bulbes. Non mais, z'avez pas l'exclusivité, faut pas croire...

Alors les voilà :

Mes perce-neige :

Fracassée du bulbe !!!

Et mes crocus :

Fracassée du bulbe !!!

Comment ça, vous ne voyez que des mauvaises herbes ??? Nettoyez donc vos lunettes, faut tout vous dire ???...

...Ben merde alors, c'est vrai qu'on ne voit rien... Un doute atroce m'assaille : aurais-je oublié de les planter ? Oublié, moi ? Est-ce que j'ai une tête à oublier ??? Rhaaaa, je dois bien avouer que... non non, je n'ai pas oublié, la vérité est que je n'en ai JAMAIS planté...

Pourquoi ? meilleur compte de démonstration d'options binaires Ben passque... Passque... Passque je les trouvais ridicules, désuets, trop communs, trop "déjà vu", trop petits, trop ridiculement petits, insignifiants, trop tout quoi, voilà !... Des petits trucs pas intéressants, négligeables et négligés quand on préfère les raretés, n'est-ce pas ? Et pis on a beau avoir une taille de nain d'jardin, on n'a pas forcément envie d'admirer, encore moins de photographier, à 4 pattes dans le froid et la gadoue, des petits machins pour lilliputiens...

Et puis voilà t'y pas que Malo, en vile tentatrice, me brandit sous le nez ses galanthus vernus, crocus tommasinianus et spécies roseus, ses MACRO'cus, ses Pickwick, Prinz Claus et autres Jeanne d'Arc joliment dispersés en coussinets dodus (elle est douée, la Malo, c'est moi qui vous l'dis !).

Et moi, arrgghhh ! Je m'étrangle, je fume, je fulmine, j'enrage, j'étouffe, je suis verte, mais verte ! Mais crème d'andouille, voilà ce que c'est, quand on fait la difficile !

Eh oui, j'ai eu tort, et le tort... tue ! Je lui ai confié ma bêtise, à Malo, et elle m'a aussitôt remis sur les rails : "Vite !", m'a-t-elle conseillé, "sauve ta vie et cours à la jardinerie acheter des potées de bulbes prêts à fleurir !"

Hélas, je n'ai pas trouvé de galanthus mais je suis rentrée avec deux potées de crocus, des grands blancs et des striés, sans nom mais bien vivants, je n'aurai plus qu'à les planter au jardin quand ils auront fini de fleurir. Pas bête du tout ton idée, Malo, merci ! Et moi je m'en trouve un peu moins frustrée du coup, et je n'aurai pas à attendre l'automne pour réparer cette lacune.

Les grands blancs, toutes voiles dehors...

Les grands blancs, toutes voiles dehors...

Et des striés qui se laissent un peu désirer...

Et des striés qui se laissent un peu désirer...

N'empêche, l'absence de galanthus me laisse cruellement sur ma faim...

Un petit diablotin s'agite dans ma tête, me soufflant le prénom de François, galanthophile assidu et passablement fracassé du bulbe, qui se procure à prix d'or des bulbes outre-Manche. M'étais juré de ne jamais tomber dans le piège, surtout pour des perce-neige, isn't it ? Pourquoi donc y mettre des dizaines de livres quand on peut se procurer des tout bêtes perce-neige presque n'importe où ? Et pis j'avais déjà fait assez fort il y a un an ou deux avec mes tulipes botaniques à prix de pépites (d'or, bien entendu !).

Seulement voilà, de tout bêtes perce-neige en jardinerie en cette saison, point...

Et il me faut ABSOLUMENT des perce-neige ! C'est une question de vie ou de mort, vous comprenez ?

Mais ou diable les a-t-il commandés, ses galanthus, le François ??? Un nom me vient à l'esprit, sans doute insidieusement soufflé par mon moi intérieur à cornes rouges : Avon Bulbs ! Eurêka !

Vite, je pianote sur ma tablette et tombe illico sur le site convoité. Je manque de tomber sur mon postérieur illico aussi, tant les prix paraissent... disons qu'ils sont inversement proportionnels à la taille des bulbes ! Mince, ça fait cher le kilo ! Mais ça, je le savais. Bon, la plupart des spécimens sont épuisés mais il en reste un certain nombre en stock, apparemment... Tiens, celui-ci est mignon, voyons voir... Non, 25 livres pour UN bulbe, ça fait trop cher (1 livre britannique = 1,33 euro à l'heure où j'écris ces lignes)... Sans compter qu'avec un seul bulbe, faut pas compter les voir s'étaler en tapis rapidement...
Donc, j'ai pris la décision de jeter mon dévolu sur les "first price", pour commencer. Manquerait plus qu'ils ne se plaisent pas ou qu'ils se fassent dévorer par les limaces, ça me ferait une belle jambe, tiens ! Ou s'ils faisaient les difficiles eux aussi, pour se venger d'avoir été pris pour des "moins que rien" si longtemps...

Bon, je commande 3 bulbes, on est vendredi. Reçus le jeudi suivant, à peine une petite semaine. Superbes ! Défleuris hélas mais superbes et bien vivants, très verts ! La grosse prise de tête maintenant, c'est de savoir où les mettre ! Ils ont beau être petits, faut bien choisir l'endroit : pas en plein cagnard, ils n'aimeraient pas. Ils aiment pousser sous les arbres, y parait. En terre humide l'hiver mais sèche en été, là où les racines des branchus pompent l'excédent d'eau... Flute, les miens ne sont pas encore très grands, d'arbres, mais ça devrait aller. Et puis ces petits trucs, pas question de les reléguer en fond de plate-bande, s'pa ? Devant, qu'on les voie !

J'ai donc reçu une jolie boite de 35 cm de long, avec un beau timbre de la Royal Mail, et 3 "petits" bulbes à l'intérieur. Pas si petits d'ailleurs, mes précieux font eux aussi 35 cm du bout des racines au bout des feuilles. Les ont shooté à la bière anglaise ou quoi ? First quality of course, le contraire m'aurait... contrariée !

Fracassée du bulbe !!!

Bien emballés dans des journaux "made in England", de quoi parfaire mon anglais plusse que rouillé...

Fracassée du bulbe !!!
Fracassée du bulbe !!!

Le tout agrémenté d'une jolie carte vantant une partie de leur alléchante collection hors de prix...

Fracassée du bulbe !!!

Voilà, y a plus qu'à...

A vrai dire, j'en ai déjà planté un, je réfléchis à l'endroit ad hoc pour les deux autres, si possible pas trop éloignés.

Fracassée du bulbe, j'vous le dis !

Ciao les amis, je vous souhaite un beau week-end !

A propos, vous avez vu l'éclipse ? Moi je l'ai ratée... J'ai bien vu le ciel s'assombrir vers le milieu de la matinée, et je me suis dit : "tiens, il va pleuvoir...". Non mais quelle blonde !

Bon, j'ai une excuse, j'étais au boulot, à fond dans mes calculs...

PS : merci à Malo et François.

PS bis : Ah, j'oubliais : galanthus 'Greenfields' qu'ils s'appellent... Welcome au jardin !

Voir les commentaires

Publié le par Gisou
Publié dans : #Divers

Pour une fois, je me suis réveillée avec un jardin givré, quelle aubaine ! Et comme ça tombe bien !

Alors, au saut du lit et les piafs une fois nourris, j'ai pris ce joli cliché de Rosa 'The Fairy' pour vous souhaiter une merveilleuse nouvelle année pleine de bonheurs au jardin et dans la vie, de rencontres, de surprises, de fleurs et de couleurs ! Allez, on s'embrasse sous le gui ?

A bientôt pour un nouveau tour de roue...

Très belle année 2015 !

Voir les commentaires

Publié le par Gisou
Publié dans : #Hiver

En fait, ces dernières années, c'est TOUJOURS Noël après Noël ! Y a plus de saisons, bonnes gens ! C'est Noël au balcon, l'hiver arrive juste après, en retard, comme les mauvais élèves... Ou comme moi qui arrive toujours en retard au boulot...

Bref, le Père Noël avait oublié de nous livrer la buche (ah bon, il livre pas les buches, le Père Noël ?), mais il a peut-être survolé l'Alsace cette nuit en rentrant au pays, et de son traineau sont tombées ces quelques friandises qui auraient pu servir de décor à la buche qu'on n'a pas eue...

Dans son sillage sont tombés aussi quelques gros flocons, vite fondus, vite disparus, il pleuvait déjà très fort lorsque j'ai mis le nez dehors pour immortaliser ces chefs d'œuvres en péril...

Il me tarde de voir les roses de Warren chapeautées ainsi.

Jardin de Granville en friandise givrée

Jardin de Granville en friandise givrée

Blue Eden joliment chapeauté

Blue Eden joliment chapeauté

Et Peter Paul Rubens qui se prend pour Napoléon !

Et Peter Paul Rubens qui se prend pour Napoléon !

Tout ceci sous l'oeil moqueur du merle, accouru aux restos du cœur !

Après Noël, c'est encore Noël !

Allez, bonnes gens, je m'en vais de ce pas festoyer des reliefs du repas de Noël.

Et si je ne vous vois plus d'ici là, je vous souhaite d'ores et déjà une année 2015 pleine de rencontres, de merveilles à planter, à choyer, du temps à passer au jardin, à embellir, à peaufiner, à..., à...., enfin vous voyez ce que je veux dire !

TRES BELLE ANNEE 2015, gros bisous !!!

Voir les commentaires

Publié le par Gisou
Publié dans : #Oiseaux

Que lui est-il donc arrivé ? Contre qui donc s'est-il bagarré ?

Contre le tigre aux yeux verts du quartier ?

Contre un de ses semblables qui prétendait lui piquer ses deniers ?

Ou bien, aveuglé comme l'alouette, aurait-il cogné dans une vitre

Et serait tombé à terre, un moment assommé ?

Il n'a pas voulu me le dire, ce coquin de rouquin,

se contentant de sautiller alentour tandis que je nettoyais le jardin,

Un brin insolent, un brin curieux, mais toujours très attachant,

S'éloignant et revenant,

Poussant l'audace jusqu'à venir picorer à mes pieds,

Fouillant la terre retournée à la recherche de quelques vers,

puis, rassasié, s'en allait faire toilette dans les branches du rosier.

Je n'ai pu m'empêcher de l'aider à s'engraisser quelque peu,

en prévision d'un hiver peut-être rigoureux.

Il me connait à présent, sait que jamais il n'aura à craindre de moi.

Il se méfie juste un peu

De ce gros œil noir que je porte parfois et qui le regarde fixement,

faisant "clac" en se refermant.

Mon p'tit copain le balafré
Mon p'tit copain le balafré
Mon p'tit copain le balafré
Mon p'tit copain le balafré
Mon p'tit copain le balafré

Mon p'tit copain le balafré et moi,

nous vous souhaitons de très belles fêtes de fin d'année !

Gros bisous !!!

Voir les commentaires

Publié le par Gisou
Publié dans : #Roses

Vous en connaissez , des marmottes qui s'en vont roupiller fin août pour se réveiller bêtement début décembre ? Non ? Ben maintenant si, vous en connaissez au moins une : moi !

Et je peux vous dire que c'est la faute à la météo ! Les six rondelles (les hirondelles en alsacien) et les six-gognes s'étant enfuies à tire-d'aile bien tôt cette année, la marmotte (et d'autres d'ailleurs) en avait déduit que l'hiver allait être rude et précoce. Et zou ! Ni d'une, ni deux, sous la couette ! Ha ha ! Vous avez raison de rigoler, c'est bête une marmotte, hein ? Je crois bien que c'est cette douceur inhabituelle qui l'a réveillée, l'avait trop chaud sous la couette (quoique depuis quelques jours, ça caille mais j'avais commencé à rédiger mon article fin novembre...). Une petite faim aussi, peut-être... C'est malin, pas sûr qu'elle réussisse à se rendormir maintenant car moi, lorsque je m'endors bêtement sur le canapé et que je me réveille au milieu de la nuit, j'arrive pas bien à me rendormir... Vous voyez pas le rapport ? Hem, peu importe ! Et puis c'est bientôt Noweel, alors y a aut'chose à faire que de dormir, non ?

Bon, bref... Je profite que je suis réveillée pour vous parler de roses (ben quoi ? une marmotte ne peut pas aimer les roses ???), ou plutôt d'une rose en particulier, venue de très loin, de l'autre bout de la planète, là où poussent les kangourous et les eucalyptus (enfin non, ça ne pousse pas les kangourous, ça saute...) et qui, via la Belgique, a atterri dans un petit jardin alsacien survolé à la belle saison par les six rondelles et aussi quelques six-gognes (non, pas de kangourous, manquerait plus qu'ils viennent piétiner mes plates-bandes ceux-là, je les laisse aux australiens !).

En plus, il a un nom bien de là-bas, ce rosier : Widgee Didgee ! mais ouesqu'ils vont me chercher des noms pareils ?? Ca se prononce comment ??? OuaÏdjiiii Daïdjiiii ? Ben je suis propre, va falloir que je me mette à l'australien maintenant pour lui parler, à mon rosier ! Hundert kiah(*), on est pas sortis de l'auberge ! (* = dérivé adouci de "nunda dia", juron alsacien qu'on pourrait traduire par "mille sabords !" ou "Nun de diou !").

Un petit air bien de là-bas oui, y a qu'à voir son port de tête ! Il me ferait pas un peu la politique de l'autruche, celui-là (enfin plutôt la politique de l'émeu...) ? Je l'entends presque se demander, avec son accent à couper au couteau : "mais ch'uis où ? Où qu'il est le Géant Vert qui m'a mis au monde ? Dans quel coin perdu suis-je donc tombé ?" Et de baisser la tête, comme pour ne pas voir le ravissant jardin où il a atterri... Ingrat, va ! A moins qu'il ne soit timide ? Ou é(meu)mu ? Je fais quoi moi, pour l'amadouer, cet oiseau-là ??? Z'ont dit qu'il fallait pas le nourrir, mais il a peut-être soif ? Allez, un peu de bonne eau de pluie de la citerne, mise à tiédir dans l'arrosoir, ça ne devrait pas lui faire de mal...

W.D. (Widgee Didgee) de W.M. (Warren Millington) le 30/08/14

W.D. (Widgee Didgee) de W.M. (Warren Millington) le 30/08/14

N'est-ce pas qu'il est beau, même quand il fait l'émeu ? On dirait que l'eau d'Alsace lui a fait du bien car dès le lendemain, le voilà qui dresse fièrement la tête, se risquant même à jeter un œil alentour (au sens figuré, n'est-ce pas ?)...

Visez un peu cette crinoline de pétales tuyautés, élégamment enroulés, plus clairs sur l'extérieur ! Une merveille, plus belle que les koalas, les kangourous et les zémeus réunis (je sais, ça n'a rien à voir mais quand je suis fatiguée je raconte n'importe quoi !).

Et ce n'est que le début ! De toutes les roses du jardin, il ne ressemble à aucune ! Ni en couleur, ni en forme. Un bel hybride de thé.

W.D. de W.M. le 31/08/2014.

W.D. de W.M. le 31/08/2014.

Un peu plus tard...

Un peu plus tard...

Elle se dévoile peu à peu, s'ouvre à son environnement, toujours emprisonnée dans son pot. Regarde à droite, puis à gauche, toujours sur sa réserve...

Le réveil de la marmotte...
Le réveil de la marmotte...

Bon, l'endroit ne semble pas dangereux, je peux peut-être me détendre un peu...

Le 01/09/2014

Le 01/09/2014

Voire carrément me gonfler d'orgueil !

Le 02/09/14.

Le 02/09/14.

Non décidemment, je n'en ai aucune qui ait cette allure-là : toute ébouriffée et pourtant si élégante ! Une p'tite mosaïque ?

Le réveil de la marmotte...

Elle tire sa révérence tout doucement, jour après jour, tout en restant belle, toujours ébouriffée mais si classe !

Le 03/09/2014.

Le 03/09/2014.

Pâlissant sur ses vieux jours...

Le 06/09/14.

Le 06/09/14.

Rigolote, complètement explosée, telle un feu d'artifice rose bonbon...

Le 06/09/2014.

Le 06/09/2014.

Elle tient une bonne semaine, qui dit mieux ?

Merci à Warren d'avoir créé cette merveille, et bien d'autres...

J'espère que vous ne me tiendrez pas rigueur de ma longue absence, ici et sur vos blogs, je vais tenter de rattraper ça. En attendant, toutes ces salades m'ont donné faim, m'en vais me mitonner une bonne choucroute ! Comment ça, les marmottent ne mangent pas de choucroute ? Et les marmottes alsaciennes, alors ?

Bisoussssss !

Voir les commentaires

Publié le par Gisou
Publié dans : #Club des cinq

Voilà que Marie-Claude nous invite à faire notre lessive en famille ! Le blanc d'abord, mais attention, ne le lavez pas à 90° celui-là, ce serait dommage ! Lavé, il l'est déjà, par toutes les pluies que les vannes célestes ont déversées ces derniers temps... Il a même du mal à sécher, va finir par virer au gris si ça continue !

En premier et à la main, car elle est délicate comme une dentelle, on va donc savonner doucement, puis la rincer à l'eau claire, la belle euphorbe 'Diamond Frost' aux innombrables petites bractées blanches qui forment un joli brouillard léger au pied des rosiers ou entre les vivaces. C'est une vivace gélive utilisée comme annuelle, elle est parfaite aussi en potées.

euphorbia 'Diamond Frost'

euphorbia 'Diamond Frost'

Ensuite, on va s'occuper de cette grande brêle de leucanthemella serotina, la marguerite d'automne. Celle-ci, on peut bien la mettre en machine, c'est une costaude presque indestructible. Plantée l'an dernier, elle forme une haute touffe déjà bien large, c'est une cavaleuse, à la manière de certains asters qui vagabondent par rhizomes souterrains interposés. Mais facile à remettre à sa place si nécessaire : un coup de bêche et hop, on enlève ce qui est en trop, ou alors on sort toute la motte et on divise : de quoi doter généreusement les copines jardinières ! Belle plante de fond de massif puisqu'elle 'monte' facilement à 1m20 ou plus. Et j'ai bien l'impression que le climat humide de cet été l'a dopée. Comme certains asters, sa floraison démarre vers la fin août.

Leucanthemella serotina

Leucanthemella serotina

Le bel anglais 'Lichfield Angel', on va l'apporter au pressing pour un nettoyage à sec en bonne et due forme, pas question de froisser ses nombreux pétales crème imbriqués en une coupe pleine de charme. Ensuite on va l'amidonner pour lui garder sa belle tenue. Il résiste relativement bien à la pluie, remarquablement bien au marsonia, et sa belle chantilly blanche se piquette de taches roses avec les intempéries. Il est un peu "fleur bleue" et le mauve lui va à ravir !

Août, le mois du blanc...
Août, le mois du blanc...

Une belle ébouriffée, ont dirait qu'elle sort de l'essoreuse, c'est l'épilobe blanc, epilobum angustifolium album, frère blanc de notre belle sauvageonne rose et envahissante des lisières de forêts de montagne. Pour l'instant, elle se ressème timidement au jardin, pour mon plus grand plaisir. Avec sa haute et fine stature, elle ne prend pas de place et apporte lumière et légèreté dans les massifs, entre les roses.

Août, le mois du blanc...

Voici un autre costaud qui a du mérite, c'est le phlox paniculata 'David'. Je recherchais des phlox très peu sensibles à l'oïdium et suis tombée sous le charme de ce bel immaculé qui se hisse à 90 cm pour offrir ses tartelettes blanches au soleil. Las, il va falloir que je le déplace car il est en passe d'être éclipsé par un vigoureux aster lateriflorus horizontalis qui lui fait de l'ombre et qui est presque plus haut que lui. A moins que je ne déplace l'aster... Encore des remaniements en perspective !

Août, le mois du blanc...

Une dernière pour la route ?

Mon callicarpa Cardinal me fait la surprise d'une floraison étonnante ! Parfois les plantes sont bien facétieuses, vous ne trouvez pas ?

Août, le mois du blanc...

Voir les commentaires

Publié le par Gisou
Publié dans : #Semis

Alors, la bonne nouvelle c'est que j'ai réussi la plupart de mes semis.

Outre les papavers rhoeas dont je vous avais déjà parlé ici, j'avais mis en route des semis d'agastaches, de ceratotheca triloba (genre de digitale originaire d'Afrique du Sud), de persicaria orientalis 'Kiss me over the garden gate", d'orlayas grandiflora, de scabiosa 'Black Knight', de cosmos, de nigella hispanica Ebony & Ivory, de briza maxima et de nielles des blés.

Semées à l'intérieur en février, les ceratotheca ont très vite levé, entre 5 et 6 jours. Par contre j'ai un peu tardé pour le repiquage, et encore davantage pour la mise en place... Manque de temps, ou temps inadéquat au dehors, bref, ça a un peu trainé. Ont mariné un peu trop longtemps dans leur pot, les cératothèques... Ce qui fait que la première vient d'ouvrir une corolle il y a quelques jours, que je n'ai pas pu prendre en photo because temps pourri, vous comprenez... ? Et comme j'ai deux mains gauches de surcroit, j'ai réussi à la planter à l'envers... Woui, elle faisait déjà un petit z'épi à peine ébauché de fleurs en devenir et, par maladresse ou inadvertance, je l'ai plantée la figure tournée vers l'arrière de la plate-bande... Pas douée la jardinière, hein ? Ben maint'nant, pour la prendre en photo, faut s'contorsionner ma p'tite dame... C'est bien fait, t'avais qu'à réfléchir !

En plus, avec les intempéries des derniers jours, elle a gardé le dos tourné et courbé l'échine sous les bourrasques. Elle va se prendre un joli torticolis, la pauvrette, pour tenter de se redresser dans le bon sens, celui d'où vient le soleil... Ah les blondes et le jardinage !

Semis, les réussites et les ratages...
Semis, les réussites et les ratages...

Jolie quand même, la belle boudeuse, non ? Mais j'vous explique pas la manœuvre pour la prendre en photo... Heureusement qu'on ne me voit pas, sinon certains pourraient se poser des questions...

Une autre qui a bien réussi aussi, c'est l'agastache astello indigo, une belle bleue sombre, très légère par rapport à d'autres agastaches, tant au niveau du port général que des épis.

Levée très rapide, à peine un jour ou deux de plus que la précédente, très facile :

Semis, les réussites et les ratages...
Semis, les réussites et les ratages...
Semis, les réussites et les ratages...
Semis, les réussites et les ratages...

Impeccable avec les rosiers, toute en légèreté, ne s'affale pas, n'écrase pas les autres, une fille bien élevée, quoi ! Je ne sais plus trop à quel moment j'ai planté les premières en pleine terre, mais elles se sont très vite développées et ont fleuri assez rapidement. Très sincèrement, je vous la recommande, j'espère arriver à en récolter des graines.

Au secooouurs ! A quel moment sait-on qu'elles sont mures, les graines ? D'après mes souvenirs, ce sont des graines très petites et très fines... Wait and see...

Il y a eu aussi des nielles des blés, pour une part semées direct en terre, et pour une autre part semées en godets... Après coup, je pense qu'il vaut mieux les semer directement en place, en poquets de plusieurs graines car à l'unité elles sont trop insignifiantes pour se détacher dans les massifs. Floraison éphémère de surcroit, mais elles forment en ce moment de grosses capsules, la relève est donc assurée.

Elles possèdent le charme des belles sauvageonnes qui émaillaient jadis nos champs en compagnie des coquelicots et des bleuets. Leurs tiges graciles au fin feuillage grisé sont promptes à s'effondrer sous le vent ou la pluie, il vaut donc mieux les placer au milieu d'autres plantes qui leur serviront de support.

Semis, les réussites et les ratages...

Un coup de cœur pour cette belle scabieuse annuelle nommée 'Black Knight", facile à réussir aussi, semée en terrine puis repiquée en godets, et enfin en pleine terre au mois de juillet. Il lui a fallu un petit moment pour former des boutons floraux mais ensuite... wouaouh, quel joyau ! un grenat sombre émaillé d'étamines et de pistils blancs, ici en compagnie des épis blancs de la graminée sesleria autumnalis :

Semis, les réussites et les ratages...
Semis, les réussites et les ratages...
Semis, les réussites et les ratages...

Et puis des cosmos fizzi 'Rose Picotee' en veux-tu, en voilà ! Grands, légers, aériens mais prompts aussi à plier sous le vent... Avec les bourrasques de la tempête qui a sévi la semaine passée, ils sont tous en position inclinée... Un peu dommage, il va falloir que je les redresse maintenant ! Manque de bol, plus un seul tuteur à disposition ! A la prochaine balade en forêt, ça va être la cueillette de branches fines et bien fourchues pour servir de corset à ces dames...

Semis, les réussites et les ratages...
Semis, les réussites et les ratages...
Semis, les réussites et les ratages...
Semis, les réussites et les ratages...

Pour les briza maxima et les nigella hispanica, pas vraiment un ratage, juste un manque de savoir faire... Les nigelles auraient sans doute gagné à être semées directement en place. En godets, ces fines plantules ont eu du mal à se développer et le transfert en godet n'est pas vraiment une bonne idée. En effet, elles développent une longue racine pivotante qu'il vaut peut-être mieux ne pas trop déranger. Pas de photo vraiment parlante à vous présenter, des fleurs assez petites dûes à mes mauvais traitements ? A moins qu'elles ne soient naturellement petites ?

Les briza maxima se développent bien en godet mais par contre, j'aurais du mettre plusieurs graines par pot pour obtenir une touffe bien fournie. Là, avec une graine par pot, ça fait un peu rachitique, une brindille avec des clochettes en forme de cœur au bout... Bah, on fera mieux l'an prochain. Là non plus, pas de photo éblouissante à vous soumettre...

Ratage complet par contre pour deux récalcitrantes semées en godet en mars :

- persicaria orientalis "Kiss me over the garden gate" : grosse déception, pas une seule levée, nada !

- Orlaya grandiflora : itou, nada ! Pourtant j'en avais planté une au jardin l'an dernier, récolté des graines soigneusement mises au frais dans le bas du frigo avec la mention "pas touche !" et... rien. Rien de rien ! Même pas le moindre petit semis naturel au jardin...

Peuh ! les chichiteuses, va ! Y a un secret pour ces deux pimbêches ?

J'attends volontiers vos commentaires et vos explications éclairées...

Allez, ciao la compagnie, je vous embrasse ! (mais pas over the garden gate...).

Voir les commentaires

Publié le par Gisou
Publié dans : #Microcosmos

Le dîner est servi !

D'habitude j'en vois des blanches ou des jaunes, parfois vert pâle.

Celle-ci a revêtu ses peintures de guerre. Et le stratagème a fonctionné !

Le dîner est servi ! Mais comment font-ils, ces pauvres bourdons, pour se laisser prendre aussi bêtement ? Etourdis ? Aveugles ? Trop pressés ? Elle se voit pourtant comme le nez au milieu de la figure, cette araignée crabe, au milieu de cette fleur de géranium magnificum... On peut pas la rater tout de même, non ? En tous cas, elle, elle ne l'a pas raté... Dommage, j'aurais préféré qu'elle capture une mouche...

Misumena vatia femelle (ou thomise variable ou araignée crabe)

Misumena vatia femelle (ou thomise variable ou araignée crabe)

Microcosmos

Voir les commentaires

Publié le par Gisou
Publié dans : #visites de jardins, #Virées botaniques

Je vous rafraichis un peu la mémoire ? Il est vrai que la visite date d'il y a un mois et demi : c'est le jardin où Anne-Marie nous a entrainés, le dimanche 29 juin, au lendemain du baptème de la rose "Isabelle et le Magicien d'Oz". Le jardin où j'avais fait de belles macros, grâce à la pluie. Comme quoi parfois, la pluie a du bon...

Dès l'entrée, le comité d'accueil est sur son 31, au garde à vous :

Le jardin des Airelles 2/2

Situé dans les Ardennes belges à 500 m d'altitude. Un grand jardin habité par des arbres, des arbustes, de magnifiques "mixed borders" à l'anglaise remplies de roses, vivaces et graminées. Régulièrement viennent s'immiscer des arbustes au feuillage pourpre qui donnent force, présence et dynamisme à l'ensemble.

Tiens, quelques gouttes tombent... Pour l'instant il ne pleut pas trop, alors profitons-en !

Les digitales ont la part belle dans le jardin d'accueil devant la maison, accompagnant les roses de leur haute stature. Des graminées allègent l'ensemble dans un esprit très naturel. Un physocarpus pourpre attire le regard, mettant la scène en valeur. Une blogueuse écrivait il y a peu : "trop de vert tue le vert !" Les propriétaires des Airelles l'ont bien compris. Dans les grands jardins surtout, il est important de réserver une part aux feuillages colorés et panachés pour éviter l'écrasement et la monotonie. Des plates-bandes colorées de vivaces ne suffisent pas toujours.

Le jardin des Airelles 2/2

Des lignes douces, des courbes, des tonalités pastel ou acidulées parfois relevés d'une note plus vive mais qui jamais ne heurte. Et tous ces verts ! Vous avez vu tous ces verts ? Faut dire que le coin semble bien arrosé, d'ailleurs nous aussi, on a été arrosés ! C'est une habitude dans ce coin de Belgique ? Je n'avais fait aucune photo la veille, dans le jardin de Marie, tellement il pleuvait ! J'espère qu'elle ne m'en voudra pas trop...

Le jardin des Airelles 2/2
Le jardin des Airelles 2/2

Une chouette petite fontaine dont je devrais m'inspirer pour mon mouchoir de poche... Il doit faire bon être assis sur les marches de l'escalier, le soir, à écouter le glouglou de l'eau :

Le jardin des Airelles 2/2

J'ai mis un moment à me détacher de ces magnifiques mixed borders, je crois que je les ai prises sous toutes les coutures...

Le jardin des Airelles 2/2
Le jardin des Airelles 2/2
Le jardin des Airelles 2/2

De belles associations aux teintes douces :

Viola "Boughton Blue" et campanula takesimana

Viola "Boughton Blue" et campanula takesimana

Rosa "New Dawn" et spirées (oui je sais, je vous l'avais déjà présentée mais elle est trop belle...

Rosa "New Dawn" et spirées (oui je sais, je vous l'avais déjà présentée mais elle est trop belle...

Derrière la grande pelouse bordée de mixed borders, différents espaces séparés par des rideaux d'arbustes. Des sentiers engazonnés permettent une jolie promenade, des "passages secrets" qui incitent à la découverte. Un univers foisonnant digne d'un conte de fées...

Le jardin des Airelles 2/2
Le jardin des Airelles 2/2
Le jardin des Airelles 2/2
Le jardin des Airelles 2/2

Tiens, un paparazzi contorsionniste ! Je me moque mais si mes voisins me voyaient parfois, à quatre pattes sur la pelouse ou dans les massifs, pour essayer de capter une fleurette ou un insecte... Mais il y a pire, j'en connais qui jardinent de nuit, à la lampe frontale !

Le jardin des Airelles 2/2

Encore des paparazzis ! Bon, on va attendre qu'ils soient partis...

Le jardin des Airelles 2/2

A la bonne heure ! C'est tout de même mieux sans pollution bipédique, non ? Mdr...

Un bel espace rempli de carrés bordés de plessis, je crois qu'il s'agit de l'ancien potager.

Le jardin des Airelles 2/2
Le jardin des Airelles 2/2

Un beau rosier "Magenta" qui dégringole d'une structure en fer :

Le jardin des Airelles 2/2

Des associations pastel relevées d'une touche de pourpre : tout ce que j'aime !

Le jardin des Airelles 2/2
Le jardin des Airelles 2/2

Un sentier ombragé sous les arcades...

 

Le jardin des Airelles 2/2
Le jardin des Airelles 2/2

Un coin frais ou le jaune fait son apparition et illumine le sous-bois :

Le jardin des Airelles 2/2

Un bassin caché dans la végétation :

Le jardin des Airelles 2/2

Comme j'aimerais avoir un jardin plus grand, pour y créer une "pièce" jaune et pourpre !

Le jardin des Airelles 2/2
Le jardin des Airelles 2/2

On continue encore un peu pour revenir vers la pelouse...

Le jardin des Airelles 2/2

Un peu partout, de charmantes décos émaillent la promenade, des treillages sur lesquels s'appuient arbustes et vivaces. C'est une excellente idée pour qui souhaite cloisonner un peu son espace sans boucher la vue complètement. De part et d'autre les plantent continuent à recevoir eau et lumière et peuvent s'épanouir :

Le jardin des Airelles 2/2
Le jardin des Airelles 2/2
Le jardin des Airelles 2/2
Le jardin des Airelles 2/2

Mais comment font-ils pour avoir des delphiniums aussi éclatants de santé ? N'y a-t-il donc pas de limaces dans les Ardennes ?

Le jardin des Airelles 2/2

Je termine ma visite avec une jolie vue prise de dessous les parasols qui, ce jour-là, servaient plutôt de parapluie ! J'espère que vous avez apprécié la balade, j'en profite pour remercier Anne-Marie de nous avoir entrainés dans ce jardin enchanteur. Et je félicite les propriétaires pour leur beau jardin et leur travail !

Le jardin des Airelles 2/2

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>